Un plan de M

Bonjour,

Caroline a beaucoup de qualités, énormément même. En réalité, elle n’a qu’un seul défaut -et non aux mauvaises langues, ce n’est pas celui de m’avoir choisi – un seul défaut donc: celui de vouloir voir les points cardinaux des îles sur lesquelles elle va. Ça en fait des km pour rien – croyez-moi.

Ce matin, son mal l’a reprise. Devions-nous vraiment aller au point méridional de Big Island? Même si je commence à m’y faire, 40km aller-retour plus 1h30 de marche entre cailloux, sable et herbettes me pesaient bonbon. Ah, au fait, il y a une plage de sable vert au bout de tout cela. C’est le guide qui nous le dit.

Ça sentait le plan de M. Après avoir suivi un « Soleurois » pendant 15mn sur l’étroite route, un gars nous propose au parking de nous prendre sur son pickup-truck pour la modique somme de USD 50. Intelligent comme je suis, je dis non, espérant faire baisser les enchères. Cela n’a pas marché, et nous avons marché, longtemps, avec nos tongs sous un soleil écrasant avec pour seule perspective de voir une plage de sable vert.

Après 40mn de marche, j’ai abdiqué. J’en avais assez. Violette aussi. Emile et Caroline ont poursuivi le périple. Bravo. Violette et moi sommes retournés, sans regret aucun, vers la voiture. Le retour nous a pris 40mn de marche également.

Bref, une affaire à 2h30, au chaud, mal préparés, pour un objectif moyen. Un plan de M.

Merci Caroline. Merci avant tout pour ton investissement et l’organisation sans pareil dont tu fais preuve durant ce voyage. Il est normal qu’une fois ou l’autre cela rate. Ce matin, il eut été plus judicieux de se baigner sur la plage de sable noir habitée par un tortue qui nous faisait coucou de sa patte arrière gauche. Mais ça, c’est plus facile de le dire une fois que l’on sait que la plage de sable vert est un plan de M.

Au fait, ce matin, nous sommes passés chez Lava Rock Café, restaurant dans lequel j’ai oublié ma carte de crédit la veille. Bravo.

Bisous
Benjamin

Publicités