Que dis-je, c’est une péninsule!

Salut,

Auckland, qui n’est pas le sujet de cet article, est une très jolie ville. Petite et grande à la fois, elle doit offrir un cadre de vie parfait. Elle est entourée de vieux cratères, de la Mer de Tasmanie et de l’Ocean Pacifique – rien que ça. Auckland est posée sur et entre des petites collines. Elle est fournie de pubs et de restaurants. Elle me fait penser à Dublin … en mieux peut-être.

La Péninsule de Coromandel, qui est le sujet du jour, propose des paysages magnifiques: collines, rivières, baies, montagnes, palmiers, sapins, eucalyptus, plages, vent. Le trajet depuis Auckland est plutôt fatiguant en Jucy [notre campervan qui sera décrit dans les moindre détail dans un autre article]. Les routes de la péninsule sont sinueuses à souhait – Vomito s’abstenir. Elles offrent très souvent des panoramas grandioses.

Au milieu de la péninsule, à l’Est, il y a des gens bizarres. Ils sont tous munis d’une pelle, d’une casserole ou d’une boîte à biscuits pour aller à la plage. Bizarres ces gens, ils s’entassent dans le recoin d’une plage gigantesque. Bizarres ces gens, ils disent « ouille, ouch, hiii » et de temps à autres sautillent tels des cabris. Ces gens bizarres sont comme nous à Hot Water Beach. Cette plage sous laquelle il y a un réseau de conduites d’eau chaude à très chaude. Il suffit alors de creuser un trou dans le sable et on est à Loèche … jusqu’au moment où la marée montante vient détruire toutes ces baignoires improvisées.

Outre ses eaux chaudes à très chaudes, cette plage est intéressante sur le plan social. Il y a celui qui utilisera une baignoire abandonnée, l’autre qui creusera fièrement son propre trou; il y a aussi la maligne coquine qui s’invitera auprès de jeunes garçons pour ensuite faire venir toute sa clique, celle qui butine, celui qui ne veut que tremper les pieds, celui qui vient creuser sa baignoire à 5cm de la tienne, celui qui trouve judicieux de prendre sa stéréo et de partager sa musique avec toute la plage, etc.

Après Hot Water Beach, tout ce petit monde se retrouve à Cathedral Cove, une côte de calcaire très fin et très friable mangée et creusée par les vagues. Magnifique!

Coromandel Town est moins intéressante que Lonely Planet veut bien le dire. Il y a certes ce magasin où Caroline a vu des flip flops à 80 balles – « trop cher! » selon Caroline, et moi des T-shirts de plage dont l’utilité m’échappe encore. Nous n’avons finalement rien pris. La vendeuse, très fière de faire sa compta pendant que les Chapuis beuillent son business, ne méritaient pas nos petits sous.

Bref: joli coin. A ne pas manquer lorsqu’on est par ici.

Bisous. Benjamin

Publicités